Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

unoeilsurmonquartier.over-blog.com


The Marv

Publié le 12 Décembre 2014, 16:38pm

The Marv est une des rares beatmakers féminines de l'Hexagone. Elle se démarque également par l'originalité de ses compositions et ses échantillons épicés souvent hérités de ses origines sri lankaises. Voyage au coeur du pays enchanté entre vinyl et chants d'oiseaux de cette prometteuse beatmakeuse parisienne.

The Marv avoue ne pas avoir eu une relation très étroite avec la musique durant son adolescence. Ses parents d'origine sri lankaise l'élève au coeur de Paris, plus précisément dans le VIIIéme arrondissement de la capitale, puis à Aulnay sous Bois.

"Autant dire que j'ai fait le grand écart. Mais l'endroit où j'ai grandi ne m'a pas façonné. Ce sont plutôt mes origines sri lankaises qui ont été déterminantes dans mon éducation. J'ai toujours su que j'ai eu une oreille musicale, mais la musique n'a jamais été importante dans ma vie. Ce n'est que sur le tard que je me suis mise à vraiment en écouter et à la produire. A la base je suis plutôt rock, mais je suis aussi curieuse et j'ai découvert l'univers du hip hop par mon compagnon, qui est aussi beatmaker." C'est donc Biof, son compagnon sur la scène et dans la vie, qui l'initie aux boites à rythmes, à l'âge de 24 ans.

"J'étais enceinte et je me suis mise à m'intéresser aux machines, à la composition. et c'est venu très naturellement."

De cette initiation pré natale, Parveen (son vrai prénom) enfante un premier volume intitulé "Malayalam Beats. Volume 1", truffé de samplesde musique indi. Une ode à son patrimoine génétique. "Mon premier projet je l'ai composé plus pour moi que pour un éventuel public. Je voulais faire en sorte qu'il me ressemble, du coup je suis partie chercher dans ce que j'avais de plus personnel et intime. Les chansons que me chantait mon père quand j'étais petite par exemple, et avec le nombre de perles que l'on trouve dans la musique indienne c'était facile. Malayalam Beats est arrivé trois mois après : https://themarv.bandcamp.com/album/malayalam-beats-vol-1."

Le projet surprend, surtout par la variation de ses compositions, mais également par le choix de ses échantillons puisés dans la culture hindoue, fait plutôt rarissime dans nos contrées. Elle réitère l'essai quelques mois plus tard, avec un projet encore plus audacieux en associant musique électronique et chants d'oiseaux appelé "Birdy Beats". "Autant il y avait l'influence de mon père sur ce premier EP, autant sur le deuxième, c'est l'amour immodéré de ma maman pour les oiseaux et le règne animal en général qui m'ont influencée. J'ai toujours trouvé les chants d'oiseaux très musicaux. Je les ai samplés, sur des vinyles, avec pour certains de gros craquements, ou du souffle, mais au travers de ces enregistrements de la faune sauvage, j'ai aussi découvert des chants inimaginables, comme des sirènes, des sons de flûtes, des synthés."

The Marv devient alors une marque de fabrique. Elle écume les dance floor parisiens, qui l'accueillent bien, malgré ses cheveux longs. "A de très rares exceptions, on ne m'a jamais fait sentir que j'étais une fille. C'est plus vis-à-vis du public que cela surprend. Plus que parmi les beatmakers. Je pense que ce qui est important dans ce milieu c'est si ton son est bon ou pas. J'ai vu qu'il existait un soutien mutuel, et une certaine cohésion dans ce milieu, peut-être à la différence de courants plus mainstream."

En septembre, elle décide de rendre hommage au musicien indien Ilaiyaraja's Vikram, en sortant son troisième opus "A King of Tunes(Ragadevan)", sans crainte d'être catalogué la beatmaker, qui sample de la musique indienne. "Je ne sample pas toujours de la musique indienne. J'en suis à mon troisième projet dont deux étaient dédiés à la musique indienne. J'ai dans l'idée d'alterner, parce que j'y tiens encore beaucoup, et que je découvre encore énormément de choses dans la musique indienne. Je ne réfléchis pas à mon image, je fais ce qui me ressemble, si on veut me cataloguer ce n'est pas grave.Mes auditeurs viennent principalement des pays occidentaux, là où le beatmaking est plus connu et présent (US, Europe, Japon). Par contre les jeunes gens d'origine indienne ou Sri Lankaise installés dans ces pays se retrouvent dans ma musique."

Par ailleurs, The Marv multiplie les scènes pour présenter son dernier bébé, avec en tête plusieurs idées pour le futur, qui risque de surprendre avec une touche féminine plus affirmée. "J'ai un projet avec des voix de chanteuses des années 70-90. Un peu dans la veine de mon titre Fever : https://soundcloud.com/themarv/fever.Mais ce n'est pas pour tout de suite, le vinyle a tribute to Ilayaraja https://stillmuzik.bandcamp.com/album/a-king-of-tunes-ragadevan est sorti il y a à peine un mois. A l'avenir pourquoi pas un autre exercice avec une rappeuse, car j'aime bien les voix de filles."

The Marv
The Marv
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents